Guide pratique pour utiliser des bacs de récupération d’eau de pluie

La récupération d’eau de pluie est une pratique écologique et économique. Que ce soit pour arroser votre jardin, remplir votre piscine, ou encore pour des usages domestiques comme les toilettes et la machine à laver, l’eau récupérée est utile. Le choix du récupérateur et son installation sont des éléments clés pour une gestion optimale. Ce guide pratique vous donnera des conseils pour utiliser efficacement vos bacs de récupération d’eau de pluie.

Comprendre le principe de la récupération d’eau

Le principe de la récupération d’eau de pluie repose sur la collecte de l’eau qui tombe sur une surface, généralement le toit d’une maison, puis son stockage pour une utilisation ultérieure. L’eau est dirigée vers des gouttières ou des descentes, puis acheminée vers un réservoir ou un bac spécialement conçu pour la stocker. L’aire de captage, c’est-à-dire la surface sur laquelle l’eau est recueillie, joue un rôle crucial dans ce processus.

  • Première étape : la collecte. Elle s’effectue grâce à la surface de captage, qui est le plus souvent le toit de la maison.
  • Deuxième étape : le transport. L’eau est ensuite acheminée à travers les gouttières et les tuyaux vers le réservoir.
  • Troisième étape : le stockage. L’eau est stockée dans un bac ou une cuve, prête à être utilisée selon les besoins.

Il est essentiel de noter que le système peut comporter des éléments supplémentaires tels que des filtres pour éliminer les impuretés et des pompes pour faciliter le transport de l’eau.

Les avantages de la récupération d’eau de pluie

La récupération d’eau de pluie offre de nombreux avantages, parmi lesquels :

  • La réduction de la consommation d’eau potable : L’eau de pluie peut remplacer l’eau potable pour certains usages comme l’arrosage des plantes, le lavage de la voiture ou encore la chasse d’eau des toilettes. Une utilisation judicieuse peut réduire la demande en eau potable, ce qui est particulièrement important dans les régions confrontées à des restrictions d’eau.
  • Les économies sur la facture d’eau : L’economie d’eau potable entraîne une réduction de la facture d’eau. La quantité d’économies réalisées dépendra de la taille de la surface de captage (la toiture, par exemple) et de la quantité de précipitations.
  • La lutte contre les inondations : Les systèmes de récupération d’eau de pluie peuvent aider à limiter le ruissellement en récupérant l’eau de pluie qui serait autrement évacuée vers les égouts ou les cours d’eau, contribuant ainsi à la prévention des inondations.
  • Le respect de l’environnement : La récupération d’eau de pluie est un geste écologique qui contribue à la préservation des ressources en eau et à la protection de la nature.

Les différents types de récupérateurs d’eau de pluie

Dans le domaine de la récupération d’eau de pluie, il existe plusieurs types de récupérateurs qui se distinguent par leur positionnement et leur mode de fonctionnement.

  • Les récupérateurs aériens : Ils sont installés en surface, généralement à la sortie d’une descente de gouttière. Leur installation est simple et économique, mais leur capacité est souvent limitée.
  • Les récupérateurs enterrés : Ils sont placés sous terre, ce qui leur confère une capacité de stockage plus importante. Leur installation nécessite des travaux plus conséquents.
  • Les réservoirs souples : Cette solution flexible se déploie sous une terrasse ou dans un sous-sol. Ils sont plus discrets et s’adaptent à l’espace disponible.

Chaque type de récupérateur présente des avantages spécifiques et répond à des besoins différents. Le choix dépendra de l’utilisation envisagée, du lieu d’installation et de l’espace disponible.

Récupérateur d’eau en surface

Le récupérateur d’eau en surface, également appelé récupérateur aérien, est une solution pratique et facile à installer. Il est généralement connecté à une descente de gouttière pour collecter l’eau de pluie.

  • Sa capacité varie de quelques centaines à plusieurs milliers de litres, en fonction de vos besoins.
  • Il est souvent équipé d’un robinet en bas du réservoir pour faciliter le prélèvement de l’eau.
  • Certains modèles sont dotés d’un indicateur de niveau pour surveiller la quantité d’eau disponible.
  • Il existe aussi des modèles avec une grille de protection pour prévenir l’introduction de débris végétaux.

En revanche, ce type de récupérateur est exposé aux éléments et peut nécessiter un entretien plus régulier pour éliminer les micro-organismes et les débris. De plus, il faut veiller à sa stabilité, surtout lorsque le réservoir est plein (n’oublions pas qu’un m3 d’eau pèse une tonne).

Récupérateur d’eau enterré

Le récupérateur d’eau enterré est une alternative plus performante et discrète au modèle aérien. Caché sous le sol, il ne perturbe pas l’esthétique de votre jardin tout en offrant une capacité de stockage supérieure. Sa mise en place nécessite néanmoins une préparation minutieuse et un investissement plus conséquent.

La cuve, généralement en plastique ou en béton, est installée dans une fosse creusée pour l’occasion. Elle est reliée à la gouttière par un tuyau permettant d’acheminer l’eau de pluie. Un système de filtration est indispensable pour éliminer les débris et garantir une qualité d’eau satisfaisante pour les usages prévus.

Le choix de la taille de la cuve dépend de la quantité d’eau que vous envisagez d’utiliser et de la surface de votre toit, qui détermine le volume d’eau collectable. Il est également crucial de prendre en compte l’espace disponible et la nature du sol de votre jardin.

Ce type de récupérateur offre une solution durable pour l’utilisation de [l’eau de pluie] dans vos tâches ménagères ou pour l’arrosage, contribuant ainsi à une gestion plus responsable des [ressources en eau].

Comment choisir son récupérateur d’eau de pluie ?

Pour choisir son récupérateur d’eau de pluie, plusieurs éléments sont à prendre en compte.

Le volume du récupérateur dépend de l’utilisation que vous prévoyez d’en faire et de la surface de votre toit, qui détermine la quantité d’eau collectable. Pour une petite utilisation (arrosage de quelques plantes par exemple), un récupérateur de petite capacité sera suffisant. Pour une utilisation plus importante, il faudra envisager un récupérateur de plus grande capacité.

Le type de récupérateur (aérien ou enterré) est aussi un critère important. Les récupérateurs aériens sont plus faciles à installer mais ont une capacité limitée. Les récupérateurs enterrés ont une capacité plus importante mais nécessitent des travaux d’installation plus conséquents.

L’esthétique du récupérateur peut aussi être un critère de choix, surtout pour les récupérateurs aériens qui sont visibles dans le jardin.

Enfin, le budget est un élément à prendre en compte. Les récupérateurs d’eau de pluie enterrés sont généralement plus coûteux à l’achat et à l’installation que les récupérateurs aériens.

Installation et utilisation du bac de récupération d’eau de pluie

Installation du récupérateur d’eau de pluie

Pour installer un récupérateur d’eau de pluie, suivez les étapes suivantes :

  1. Choisissez l’emplacement idéal pour votre récupérateur. Il doit être proche d’une descente de gouttière et sur un sol stable et plat.
  2. Préparez l’outillage nécessaire : perceuse, scie cloche, tournevis, niveau à bulle, lime, papier abrasif et crayon.
  3. Si nécessaire, percez un trou à la base de la cuve pour installer un robinet ou une pompe, selon votre choix.
  4. Raccordez le robinet ou la pompe au système d’arrosage que vous souhaitez utiliser.
  5. Posez un filtre en amont du robinet pour protéger vos plantes des impuretés de l’eau.

Assurez-vous que le récupérateur est stable et de niveau pour éviter tout risque de basculement. L’installation peut varier selon le type de récupérateur (aérien, enterré ou réservoir souple).

Comment garder propre son récupérateur ?

Pour maintenir la propreté de votre récupérateur, adoptez des habitudes d’entretien régulières. Vider le réservoir une fois par an est conseillé, idéalement avant la période de gel hivernal. Rincer l’intérieur du réservoir permet d’éliminer les dépôts et les impuretés restantes.

Si votre récupérateur est équipé de filtres, leur nettoyage ou leur remplacement doit être réalisé régulièrement pour assurer leur efficacité et la bonne qualité de l’eau récupérée.

Certains modèles de récupérateurs disposent d’un collecteur filtrant accessible simplement en soulevant le couvercle, ce qui facilite le nettoyage au jet d’eau. Pour d’autres modèles, le collecteur devra être retiré de la gouttière pour le nettoyage.

Si votre système comprend une pompe, elle devra également être nettoyée régulièrement. Enfin, inspectez régulièrement votre récupérateur pour déceler la présence éventuelle de mousse, d’algues, ou de dépôts de boue.

Quelle utilisation peut-on faire de l’eau récupérée ?

L’eau récupérée peut être utilisée de diverses manières, en fonction de vos besoins et des spécificités de votre système de récupération.

  • Utilisation extérieure : l’eau de pluie est souvent utilisée pour l’arrosage de votre jardin, de vos plantes ou de votre potager. C’est une solution idéale pour économiser l’eau potable.
  • Utilisation intérieure non potable : vous pouvez également utiliser l’eau récupérée pour des usages domestiques tels que le nettoyage des sols, le lavage des voitures ou l’alimentation des toilettes.
  • Utilisation dans l’industrie : dans certains cas, l’eau de pluie peut être utilisée pour des processus industriels ne nécessitant pas d’eau potable.

Il est à noter que l’utilisation de l’eau de pluie à l’intérieur du logement requiert un système filtrant plus sophistiqué pour assurer une qualité d’eau acceptable.

Il est également nécessaire de respecter les réglementations locales en matière d’utilisation de l’eau de pluie.

Entretien et conservation du bac de récupération d’eau

Est-ce que l’eau se conserve dans le bac ?

La conservation de l’eau dans le bac de récupération dépend de plusieurs facteurs. En général, l’eau de pluie peut être conservée pendant 6 mois à un an. Cependant, la qualité de l’eau peut être affectée par la présence de débris végétaux, animaux ou minéraux, ainsi que par la prolifération de micro-organismes.

Pour prévenir ces problèmes, il est recommandé de :

  • Couvrir le bac avec un matériau opaque pour limiter la croissance des algues.
  • Utiliser un grillage fin ou un voile pour empêcher l’introduction de feuilles et la prolifération de moustiques.
  • Effectuer un nettoyage régulier du bac pour éliminer les éventuels dépôts.

Cependant, il faut souligner que l’eau de pluie n’est pas potable et son utilisation doit se limiter à des usages non alimentaires.

Pourquoi vider son récupérateur en hiver ?

Vider votre récupérateur d’eau en hiver est une précaution nécessaire pour préserver la structure du bac. En effet, lors des basses températures, l’eau contenue dans le récupérateur peut geler, conduisant à une dilatation de l’eau. Cette dilatation peut exercer une pression importante sur les parois du bac, pouvant entraîner des fissures, voire l’éclatement du bac, en particulier pour les récupérateurs en matière synthétique.

Mise en hivernage du récupérateur :

  • Vider entièrement le récupérateur
  • Déconnecter les tuyaux raccordés
  • Nettoyer l’intérieur du bac

Ce processus permet d’éviter les dégâts du gel et de prolonger la durée de vie de votre équipement. Il est généralement recommandé de le faire avant l’arrivée des premières gelées.

Réglementation autour de la récupération d’eau de pluie

Réglementation en Belgique (Bruxelles)

En Belgique, la réglementation autour de la récupération d’eau de pluie varie d’une région à l’autre. À Bruxelles, il est obligatoire d’installer une citerne de récupération d’eau de pluie pour les nouvelles constructions. L'[Code de l’Eau] wallon impose une gestion hiérarchique des eaux pluviales, donnant la priorité à l’infiltration naturelle dans les sols, ensuite vient la collecte et la réutilisation des eaux pluviales.

Pour les permis d’environnement, ils fixent des obligations spécifiques pour la réutilisation des eaux pluviales sur votre parcelle.

  • En ce qui concerne les primes, Bruxelles en accorde pour l’installation, la réparation ou le remplacement d’un système de récupération d’eau de pluie, à condition que le réservoir ait une capacité d’au moins 2000 litres.
  • Au niveau des normes, le Guide Bâtiment Durable renvoie vers la DIN 1989 : 2001, qui concerne l’établissement de l’avant-projet, l’installation, l’entretien et l’exploitation des systèmes d’utilisation des eaux pluviales.

Réglementation en France

En France, la réglementation en matière de récupération d’eau de pluie est régie par l’Arrêté du 21 août 2008 et le Décret n°2023-835 du 29 août 2023. Ces textes précisent les conditions d’usage de l’eau de pluie récupérée, notamment dans les bâtiments et leurs dépendances. Ils encadrent également les conditions d’installation, d’entretien et de surveillance des équipements nécessaires à leur récupération et utilisation.

  • Usage domestique : Il est permis d’utiliser l’eau de pluie pour des usages ne présentant pas de risque d’ingestion (toilettes, lavage du sol, arrosage du jardin…).
  • Crédit d’impôt et aides financières : Des dispositifs d’aides financières peuvent être envisagés pour l’installation de systèmes de récupération d’eau de pluie.
  • Entretien réglementaire : Le propriétaire est tenu de veiller à l’entretien et au bon fonctionnement du système de récupération d’eau de pluie.

Ces réglementations ont pour objectif de promouvoir une utilisation raisonnée de l’eau tout en garantissant la protection de la santé publique. Elles encouragent la récupération et l’utilisation de l’eau de pluie comme une alternative écologique et économique aux eaux de ville.

Cas particulier : utiliser les eaux pluviales pour l’industrie

L’utilisation des eaux pluviales dans l’industrie peut représenter une solution efficace pour réduire la consommation d’eau potable et minimiser l’impact environnemental. Plusieurs applications sont envisageables :

  • Utilisation en tant que fluide thermique : l’eau de pluie peut servir à la production de vapeur, d’eau chaude, d’eau de refroidissement ou d’eau glacée. Elle participe ainsi indirectement à la production en véhiculant et échangeant la chaleur et le froid au sein de l’usine.
  • Protection incendie : les industries peuvent constituer un bassin de réserve d’eau de pluie pour lutter contre les incendies.
  • Préparation de produits industriels : l’eau de pluie peut être utilisée dans la préparation de certains produits, sous réserve qu’elle respecte les normes de qualité requises.

Avant toute utilisation, l’eau de pluie doit être collectée, stockée et traitée à l’aide de systèmes de récupération et de filtration. Des prestataires spécialisés, comme Eaux de France ou Skywater, proposent des solutions éprouvées pour la mise en place de ces systèmes.

Astuces pour optimiser l’utilisation de son bac de récupération

Pour optimiser l’usage de votre bac de récupération, plusieurs astuces peuvent être mises en place. L’emplacement est crucial, placer votre bac sous une gouttière pour maximiser la collecte d’eau de pluie est un bon point de départ.

Pour éviter les débordements lors de fortes pluies, envisagez d’installer un trop-plein qui redirige l’excès d’eau vers un autre réservoir ou une zone d’infiltration.

Pensez à la capacité de votre bac. Selon l’utilisation prévue de l’eau et la superficie de votre toiture, adaptez la taille de votre bac pour qu’il puisse collecter suffisamment d’eau.

N’oubliez pas l’entretien régulier de votre système. Par exemple, des filtres propres et efficaces permettent de garantir une eau de meilleure qualité.

Enfin, pensez à l’hivernage de votre bac en automne pour éviter les dégâts du gel en hiver.